Doug

« On aurait dit qu’il s’agissait d’un cycle : j’avais des douleurs insupportables pendant trois ou quatre mois et j’avais ensuite un peu de répit. Je savais quand ça commençait, car j’avais d’abord mal à la gorge, puis la douleur aux testicules se manifestait. J’ai vécu de cette façon pendant plus de 20 ans.

 

Tout a commencé en 1979. J’étais sur la charpente d’une église que nous étions en train de construire lorsqu’une grue l’a fait tomber. J’ai fait une chute de 16 pi (4,9 m). Des tiges ont été placées dans mon dos et j’ai commencé à avoir des troubles de la prostate. Je dois préciser que lorsque je suis tombé, j’ai atterri sur mes pieds, et de l’urine de ma vessie est passée dans ma prostate. Les douleurs chroniques au dos étaient déjà suffisamment pénibles, mais y ajouter une douleur testiculaire chronique… Certains jours, j’étais incapable de sortir du lit et j’avais mal à l’estomac à cause de la douleur intense. Je passais des jours sans dormir, puis je dormais pendant 12 heures sans interruption parce que j’étais totalement épuisé.

 

Les cinq dernières années ont été les pires – la douleur était absolument brutale, débilitante, terrible – absolument terrible. J’étais incapable de sortir de la maison. Quand je le pouvais, je planifiais mes journées en fonction de la douleur – je n’avais qu’une courte période pour faire quelque chose avant d’avoir trop mal. Mon nouvel urologue a tenté différents traitements qui n’ont donné que très peu de résultats. Il m’a donc aiguillé vers Dr Quartey à l’Hôpital de Moncton. Après avoir pris connaissance de mes antécédents et obtenu une imagerie par résonance magnétique, Dr Quartey m’a dit : “Je pense que je peux vous aider.” Je l’ai pris dans mes bras et je l’ai serré très fort.   

 

L’opération a eu lieu un vendredi. Dr Quartey a installé un implant dans les vertèbres près de mon coccyx. Il a aussi mis en place le générateur qui contrôle l’implant, juste sous la surface de la peau sur le côté de mon corps. Le samedi matin, nous l’avons mis en marche pour faire des essais de fréquence – le but consistait à réduire ma douleur de moitié. La douleur s’est dissipée instantanément. Je n’ai même pas eu besoin de médicaments postopératoires. J’étais au septième ciel de ne plus ressentir de douleur. Je pense que j’y suis encore. Je ne peux expliquer comment je me sens. Il n’y a rien de comparable. Cela m’a rendu très humble. Si des tiges n’avaient pas été placées dans mon dos après l’accident, je ferais une culbute arrière. » – Doug

 ​

Dès maintenant, vous pouvez vous assurer que tous les membres de notre communauté reçoivent les meilleurs soins possibles en faisant un don à la Fondation des Amis de l'Hôpital de Moncton. 

Pour faire un don à la campagne actuelle en l'honneur d'une personne que vous connaissez ou à qui vous voulez témoigner une reconnaissance spéciale - un être cher, un travailleur de première ligne, l'équipe de soins de santé, un bénévole - cliquez sur le bouton " Faire un don " ci-dessous. Sur la page "Montant du don", sélectionnez "Je soutiens : Campagne en cours".